La réponse du CEO de Strati
Email envoyé le 22 mai 2015

Monsieur,

 

De retour d'un déplacement professionnel de trois jours en Espagne, je découvre votre email.

 

La subtilité linguistique française n'est pas accessible à tous même après de longue étude.

 

L'expession "pour un bol de riz" dans mon texte faisait allusion à une expression française familière "pour une bouchée de pain".

 

Elle indique qu'une personne a été fort mal rétribuée pour son travail.

 

Vous avez probablement confondu le contexte historique. En effet, cette expression à été mainte fois utilisée par les prisonniers français en Indochine, après le coup de force du 9 mars 1945.

 

Dans ce cas particulier, ils faisaient référence à une agonie longue et inhumaine.

 

Je conçois qu'une telle allusion aurait pu provoquée une certaine offense.

 

Cependant après la reddition sans conditions de vos troupes signée avec le général Leclerc, représentant du gouvernement français sur le cuirassé Missouri, une ère de paix et de prospérité économique unie nos deux nations.

 

Cette volonté commune de franche amitié s'est concrétisée, autour d'une table, lors du passage de votre CEO dans notre capitale.

 

A propos de cette visite, je suis étonné que malgré toute l'attention portée aux membres de votre délégation, mes services commerciaux n'aient reçu aucune proposition de votre part.

 

Ils ont probablement constaté à la vue du repas qu'il leur a été servi dans une très bonne maison française, que pour ma part je ne me contenterai pas d'un bol de riz !

 

La notion  "d'insulte" étant très fluctuante selon les cultures, en ce qui me concerne, je ne tiendrai pas rigueur à vos dirigeants pour leur manque de professionnalisme.

 

Mais un bon conseil: cela serait probablement le moment de "couper des têtes" car en plus d'avoir choisi de mauvais partenaires, ceux ci, vous trahisses sur leurs sites !!!!

 

Actuellement sur la page d'accueil d'Abemus*

 

"Si des fournisseurs japonais (matériel fabriqué en Chine, Taïwan, Corée) tentent de conquérir le marché français avec une qualité irrégulière et une éthique plus que douteuse, (notre société) a refusé tout partenariat lucratif à court terme et bien entendu néfaste en terme de crédibilité, de sérieux et d’emplois.

La facilité n’est pas engagement et personne ne peut s’exempter de résistance et de difficulté.

Le conformateur Abemus est la parfaite illustration et si sa fabrication est stoppée pour cause de cessation d’activités d’un des prestataires, nous continuerons à chercher pour conserver ce matériel d’excellence."

 

 

Heureusement que les traditions se perdent.... car dans le cas actuel le Bushido est formel, celui qui attire la honte sur son maître n'est pas digne de vivre !

 

Dans notre culture Judéo-Chrétienne,  l'erreur n'est pas fatale bien au contraire... je vous pardonne donc votre manque de lucidité et vous "présente l'autre joue".

 

Par contre, il ne faudrait pas confondre pardon et faiblesse...

 

  

Pour conclure, j'attends avec impatience, que les propos diffamatoires proférés à votre encontre sur le site d'Abemus disparaissent très rapidement car dans le cas contraire cela tendrais à dire que nous serions victime d'une cabale !

 

Maître Fanni, mon avocat, qui a accueilli la délégation de votre entreprise dans ses locaux de Paris 2ème, : est consternée par la partialité de vos propos. 

 

Bien à vous  

 

Jean-Jacques Estela

CEO de Strati Concept

 

* toujour en ligne à la date du 13/11/2015